Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Société -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Le Périgord vert selon un cordon bleu flamand

Gerolf Jacobs réinvente le Périgord vert Eleveur, restaurateur, hôtelier, brasseur... Gerolf Jacobs réinvente chaque jour le Périgord vert, façon flamande. Arrivé en Dordogne en 1993, cela fait huit ans qu’il vient au Salon de l’Agriculture de Bordeaux, « pour ses découvertes humaines ». Il y fait goûter aux badauds les bières de sa micro brasserie, blondes et ambrées, aux châtaignes, aux noix, ou à la truffe. Rencontre d’un authentique atypique.

« A quatorze ans, je voulais faire trois choses : vivre en France, être agriculteur et cuisiner », annoncent Gerolf, et ses accents gouleyants de flandrin bon vivant. Aujourd’hui, on peut donc dire qu’il fait ce qu’il veut. « Tous mes hobbies sont devenus mon métier », explique-t-il avec une pointe de fierté. Avec sa compagne Jacqueline, il élève volailles, lapins et moutons sur sa ferme de 20 hectares du petit village de Sarlande. Au potager sont cultivées d’anciennes variétés, comme les noires des cimes, des tomates « très savoureuses », pour le plus grand plaisir de ses hôtes.

« Je peux faire 80, 100 recettes avec le canard ! »

« Le Périgord a de très hautes revendications gastronomiques, mais les cartes des restaurants de la région sont souvent un peu monotones ; à part la salade périgourdine, les haricots, et les pommes sarladaises, il n’y a pas grand’chose... », constate Gerolf Jacobs. « Chez nous, on mange des plats et des produits que vous ne trouverez pas ailleurs », lance-t-il. « Il y a des recettes à moi dans des livres de cuisine périgordine, comme mon tartare de canard... avec des céleris raves ou des navets, une petite salade de roquette, c’est fabuleux... ». On comprend sans peine son amour de la bonne chère à sa verve culinaire. Une passion immanquablement communicative : « avec le miel d’une voisine, je fais une glace à la fraise mara des bois... ». On pourrait disserter longuement sur « ses gâteaux aux noix, qui, sans vantardise, font hurler de jalousie les boulangers du coin », écrire une épopée « sur sa noix de joue de boeuf à la bière », mais Gerolf n’accepterait peut-être pas : « la cuisine, je m’amuse avec ça », fait-il finalement, la modestie reprenant vite le dessus.

Renaissance de la bière de Dordogne

Gerolf Jacobs brasseur« Mes origines belges n’ont rien à voir avec ma brasserie », s’exclame notre bleu cordon du plat pays. « On a fait de la bière dans le Périgord depuis le début du 19ème siècle jusqu’à récemment. Il y avait deux grandes brasseries juste à côté de chez moi, une à Saint-Yrieix-la-Perche, fermée en 1967 et aujourd’hui en ruines, et l’autre à Saint-Martial-d’Albarède ; ce bâtiment existe encore, il est aujourd’hui occupé par une distillerie », raconte Gerolf. Ces anciennes activités brassicoles seraient aujourd’hui largement méconnues des locaux, selon l’hôtelier-agriculteur-brasseur. « Je fais ma bière avec de l’orge cultivée traditionnellement en Périgord. En plus, on trouve de l’eau d’excellente qualité par chez nous. », explique-t-il. Il nous décrit la fabrication de sa boisson, dont la capacité de production annuelle tourne autour de 500 hectolitres : « on passe par une fermentation haute. La seconde fermentation s’effectue en cuves, et non en bouteilles. Après cela, on garde le liquide, toujours en cuves, au moins un bon mois : c’est cette étape qui affine les goûts, mais le processus est très long et il requiert un matériel performant ». Sa bière, il l’a simplement baptisée « Bière de ferme », en référence aux Flandres, où, il n’y a pas si longtemps, toutes les petites propriétés disposaient d’une brasserie familiale. Chassez le naturel...

Léo Peresson

Aqui ! - 12 mai 2008
 
Zinnebir, le mélange qui fait mousse
L’Europe antitabac : la France, élève moyen
Lancement de la « Phœnix Fresh »
Nestlé veut des marques, sinon rien
Ale tasters reach landmark
Première grande fête de la bière
Mid-strength recruit in beer war
European beer consumers slam Budvar sale plan
Not your ordinary beer man
Colorado town earns its ’choice’ reputation
Une visite à consommer sans modération
« Slap a banker », la bière qui n’aime pas les banquiers
Salon des bières artisanales du sud-ouest
Cap d’Ona : au pays du vin roi la bière prend la place de la reine
Bordeaux : le Plana transformé en brasserie
Un brasseur d’Argelès lance le cola catalan
La filière brassicole est en colère
9 Craft Beer Hotspots in Munich to Visit on Your Beer Trip to Germany
Brewers hope local market develops taste for craft beer
Juste ce qu’il faut… ou plus ! – Les Houblons (1re partie)
À l’Abri de la Tempête
Craft beer sales surge in 2006
De la bonne bière dans la région
Brasserie, église et revitalisation
Agonizing brewpub process helps no one
Great American beers
Des bières, « Entre deux mondes »
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé