Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Culture -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Assez vieux pour l’Irak, trop jeune pour une bière

Ils se sont enrôlés et combattent en Irak au péril de leur vie, mais à la maison, la plupart des militaires américains de moins de 21 ans n’ont pas encore acquis le droit d’acheter et de boire une bière.

Cet état de fait est mis de l’avant dans le débat sur l’âge légal de consommation d’alcool qui refait surface aux États-Unis.

Au moins sept États examinent la possibilité de changer leur législation et d’abaisser l’âge légal de 21 à 18 ans : le Kentucky, le Wisconsin, la Caroline-du-Sud, le Missouri, le Minnesota, le Dakota-du-Sud et le Vermont.

« On considère qu’à 18 ans, les jeunes ont l’âge légal pour voter, pour servir dans l’armée et combattre, pour se marier, pour signer des contrats, mais ils ne peuvent pas prendre une bière entre amis », dit le sénateur James Condos, qui représente le district de Chittenden à la Chambre haute du Vermont.

Le Sénat du Vermont étudie actuellement un projet de loi, coparrainé par le sénateur Condos, qui mettrait sur pied un groupe d’étude pour évaluer « les implications et les coûts de réduire l’âge légal ».

« Je ne suis pas convaincu qu’il faut le faire, mais je crois fermement qu’il faut au moins étudier la question », a dit M. Condos, joint par La Presse hier.

D’autres projets de loi présentés au Kentucky, au Wisconsin et en Caroline-du-Sud permettraient de réduire l’âge légal de 21 à 18 ans pour les militaires seulement.

« Si vous pouvez prendre une balle sur le champ de bataille, vous devriez pouvoir prendre une bière en toute légalité », a expliqué au USA Today le représentant d’État Fletcher Smith, de la Caroline-du-Sud.

Au Missouri, un groupe fait campagne pour une diminution de l’âge légal applicable à tous. Au Dakota-du-Sud, une pétition propose de réduire l’âge légal, mais d’imposer des restrictions quant au taux d’alcool des produits que pourraient se procurer les jeunes.

Écueils

Des écueils se présentent toutefois devant les partisans d’un changement aux règles. Un sondage Gallup effectué en 2007 montrait que 77% des Américains s’y opposent.

Mais surtout, une loi fédérale de 1984 sanctionne les États qui réduisent l’âge légal de consommation. Chaque État fautif perdra ainsi 10% des transferts fédéraux consacrés à l’entretien des autoroutes. Pour le Vermont, cela représente entre 3 et 4 millions, selon le sénateur Condos.

Le National Highway Traffic Safety Administration soutient que le seuil de 21 ans a permis de réduire de 13% le nombre de décès sur les routes de personnes âgées de 18 à 20 ans.

Moins de jeunes sur les routes

D’un autre côté, l’abaissement de l’âge légal pourrait aussi réduire le nombre de jeunes sur les routes, et par conséquent le nombre d’accidents fatals.

Résidant de South Burlington, à moins d’une heure de route de Montréal, le sénateur Condos croit que de jeunes Américains traversent la frontière pour venir boire en toute légalité.

« Quand j’étais à l’école secondaire, l’âge légal dans l’État de New York était de 18 ans, raconte-t-il. Beaucoup de personnes roulaient jusque-là pour aller boire. Il y a eu plusieurs accidents majeurs alors que les jeunes revenaient vers la maison. »

Fondateur d’Opération Nez rouge et président de la Table québécoise de la sécurité routière, Jean-Marie De Koninck appuie l’idée de réduire l’âge légal pour consommer de l’alcool. « Pour amener des comportements responsables, il ne faut pas interdire les choses, dit-il. La solution passe par l’éducation. »

L’âge légal aux États-Unis

Tous les États américains interdisent l’achat d’alcool aux moins de 21 ans. Une dizaine d’États en interdisent aussi la consommation. Une vingtaine d’autres États l’interdisent aussi, mais spécifient les endroits ou les circonstances faisant exception. Si un État décide d’abaisser l’âge légal de consommation, il s’expose à des sanctions prévues dans une loi fédérale adoptée en 1984.

Hugo Fontaine

Cyberpresse - 24 mars 2008
 
Les russes consomment de moins en moins de vodka
Great-grandson returns to Spring Grove to visit brewery
La France veut vendre plus d’orge à la Chine
Don’t ’beer’ that stress, drink this
Smoking ban looms for pub chain
Aid is not the only answer
It’s the Great Pumpkin ales
Sous le signe généreux du pélican
Savoring Pabst history
L’alcool, un malheur pour le Burkina
Anheuser-Busch Tops TiVo Super Bowl Ad Report
Student praises brewery internship
Beer Blockade
Join the revolution—order beer with dessert
Craft beer sales surge in 2006
Heineken to take over Mexican beer brands in U.S.
Fort Collins’ Budweiser Brewery
Brewery pushes for wastewater plant
Super Bowl advertisers hope for extra-large laughs
Boston Beer Reports Third Quarter Volume, Revenue And Earnings
H.L. Mencken, Man of Many Beer Steins, Girlfriends: New Bio
Beer too cheap? Gov’t sparks a binge
Police arrest brewery suspects
L’Irlande sans tabac ni révolte
Wine, beer may be allowed on domestic flights
L’interdiction d’importation d’alcool pourrait avoir de lourdes conséquences économiques
La gueule de bois
Wegmans moves toward including beer on shelves
Brasseurs : l’interdiction du tabac dans les lieux publics pourrait affecter certains acteurs
Fumeurs de trottoir
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé