Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Société -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Les Américains âgés se saoulent à la bière, les plus jeunes aux alcools forts

Les adeptes du « binge drinking », beuverie express qui consiste à boire un maximum d’alcool en un minimum de temps, ont plus volontiers une canette de bière en main qu’un verre à liqueur. Sauf les adolescents qui, eux, préfèrent les alcools forts, selon deux nouvelles études américaines.

Publiées par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), ces études mettent l’accent sur l’accessibilité à ces boissons. Selon elles, pour les adultes, la bière n’est ni chère, ni difficile à trouver : elle est vendue dans des stations-service et des épiceries. Alors que pour les adolescents, il est plus facile de chiper des alcools forts dans la réserve parentale.

La beuverie express, quel que soit l’alcool utilisé, n’est pas une pratique conseillée pour la santé. L’excès d’alcool est d’abord dangereux au volant, il est en général source de violence et d’autres traumatismes, et 75 000 décès annuels lui sont imputés. L’étude portant sur le « binge drinking » des adultes montre que près de 75% d’entre eux boivent exclusivement ou en grande partie de la bière, 17% consomment des alcools forts et 9% du vin.

On parle de « binge drinking » à partir de cinq consommations alcooliques prises en une seule occasion dans les 30 derniers jours. Selon les statistiques fédérales américaines, 15% des adultes américains environ entrent dans cette catégorie, en majorité des hommes. « C’est un comportement fréquent, qui se résume à boire pour se saouler », déclare le Dr Timothy Naimi, principal auteur de l’étude des CDC. L’étude porte sur 14 000 de ces buveurs excessifs.

Les chercheurs ont par ailleurs porté leur attention sur ceux qui consomment différentes boissons, par exemple de la bière après le travail, un cocktail avant le dîner et du vin au repas. Selon leurs résultats, la bière représente 67% de leur consommation, les alcools forts 22% et le vin, 11%.

Que la bière arrive en tête ne surprend pas : elle représente 55% environ de la quantité d’alcool vendue sur le sol américain, selon les statistiques des taxes de ventes. Mais qu’elle soit à ce point la boisson préférée des adeptes de la beuverie express contredit l’idée reçue selon laquelle les buveurs excessifs préfèrent la bouteille à la canette.

Cette perception erronée pourrait expliquer pourquoi la bière arrive en tête, a expliqué Timothy Naimi : focalisé sur les dangers des alcools forts, le gouvernement a baissé le prix de la bière, la rendant plus accessible.

Le volume de publicité concernant la bière que l’on peut voir à la télévision, notamment à l’occasion des événements sportifs, contribue aussi à ce phénomène, renchérit Gail DiSabatino, vice-présidente des Affaires étudiantes à l’Université Clemson.

Une autre équipe de recherche s’est penchée sur les résultats d’une étude menée en 2005 auprès d’étudiants de l’Arkansas, du Nebraska, du Nouveau-Mexique et du Wyoming. L’étude était anonyme. Les résultats sont basés sur 4000 réponses.

L’étude pilote souligne que les alcools forts sont les boissons alcooliques les plus volontiers consommées parmi les adolescents qui boivent de façon excessive. Dans l’Arkansas, les alcool forts représentent 49% des boissons utilisées pour se saouler ; la bière, les boissons maltées et le vin représentant le pourcentage restant. Les alcools forts arrivaient aussi en tête dans le Wyoming et le Nouveau-Mexique. Au Nebraska, la consommation d’alcool fort et de bière étaient à égalité.

L’étude portant sur un nombre plus restreint et une zone plus limitée géographiquement, il est difficile de la mettre sur le même plan que l’étude nationale menée sur les adultes, a observé Mme DiSabatino.

Selon elle, la facilité avec laquelle les jeunes trouvent des alcools forts chez eux explique la préférence pour ces boissons. « C’est plus facile de prendre un alcool fort dans un petit meuble que de la bière dans le réfrigérateur. Cela se remarque moins. »

Autre explication : l’alcool fort peut être plus facilement caché aux parents dans un jus de fruit ou un soda. C’est aussi plus alcoolisé.

L’étude concernant les adultes adeptes des beuveries express a été publiée mardi dans le journal américain de médecine préventive. Celle sur les jeunes a été publiée récemment dans le rapport hebdomadaire sur la mortalité et la morbidité des CDC.

Cyberpresse - 1er septembre 2007
 
Kent brewer makes Japanese brand
Brewery Limited Incorporated in Sierra Leone
Booze ban extended for Aborigines
Alcohol ads wet whistle of youth sport clubs
New segments, export, hot weather boost beer sales
Heineken Light reaches parts of the US other beers can’t reach
Former minister faces free alcohol inquiry
Brewery may move to Burlington City
Tax on strong spirits set to go down more than 40%
La grande ambition de la Microbrasserie de la Nouvelle-France
L’histoire de Golden est inextricablement liée à celle de la brasserie Coors
Restaurant’s thirst for beer, wine could flavor Caledonia vote
1957: City To Change Ordinance on 3.2 Beer Law
How Brooklyn Brewery Tripled Sales In 5 Years Without Traditional Advertising
Beer has an ’image crisis;’ wine and spirits gain
Brewery workers’ vote could end union
Brewers Association 2008 Beer Style Guidelines
Lifting Super Bowl Ads Above the Lowbrow Level
Tax-funded overswill
Anheuser-Busch Donates Canned Water for Potential Ophelia Relief Efforts
Il est ivre, soûl, beurré, bourré et « il ne marche pas seul »
Manque de respect
Tony Blair met la pression sur les pochetrons
Cut-price beer ads may be banned to cut binge drinking
Beer in space: A short but frothy history
Science de comptoir - 2ème épisode
’60 Minutes’ Focuses on Parents Hosting Alcohol Parties for Minors
Ward 4 singles out ’tall boys’ in beer ban
Etudiants pleins d’ivresse
Warning over drink peer pressure
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé