Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Actualité -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
La Dodo fabriquée à Maurice ?
Les Brasseries de Bourbon n’excluent pas de délocaliser leurs activités à l’étranger

Si le brasseur réunionnais n’arrive pas à trouver un terrain de huit hectares, il envisage purement et simplement de déménager à l’étranger.

Ce n’est encore qu’une hypothèse de travail, une piste que l’entreprise réunionnaise, propriété du brasseur hollandais Heineken, ne privilégie pas encore pour l’instant mais que sa direction a décidé finalement hier de rendre publique. Si aucune commune n’est capable dans les années à venir de mettre huit hectares à la disposition de la brasserie, la société n’exclut pas de fermer son usine à la Réunion et de délocaliser son activité en Afrique du Sud, à Madagascar, ou plus près de chez nous à Maurice.

Les problèmes fonciers des Brasseries de Bourbon (60 millions d’euros de chiffre d’affaires) ne sont pas nouveaux. L’entreprise qui emploie 300 salariés est éclatée aujourd’hui sur trois sites : l’unité de production est installée Quai Ouest, dans le Bas de la Rivière à Saint-Denis, tandis que les deux centres de stockage sont implantés à Saint-Pierre et à la Rivière-des-Pluies. C’est justement la reconfiguration de cette zone qui pose actuellement un énorme problème à la PME. “La prolongation du boulevard Sud va littéralement couper notre terrain en deux et nous serons à l’avenir coincés si nous souhaitons nous agrandir”, explique Ilco Schuringa, le directeur du groupe.

Centraliser les fabrications

L’avenir, la filiale néerlandaise de Heineken y pense déjà même si elle a investi il y a seulement cinq ans dans une nouvelle ligne de production. A moyen terme, la société aimerait regrouper sur un seul lieu la fabrication de la bière (60 millions de cannettes par an), celle des sodas (23 millions de bouteilles de 1,5 litre par an) ainsi que ses dépôts. La stratégie est simple : il s’agit d’un point de vue industriel de réduire les coûts logistiques afin d’être plus compétitifs sur le plan commercial.

A l’instar des autres industriels, le brasseur est confronté, lui aussi, à la concurrence des produits importés et à la versatilité des consommateurs, attirés par des marques parfois moins chères et dont la présence dans les linéaires des grandes surfaces demeure impressionnante. Il doit également faire face localement à des coûts de matière première plus élevés, notamment pour le sucre acheté à ses fournisseurs au prix communautaire.

Dans ce contexte, les difficultés foncières de la société ne font qu’accroître un peu plus la pression concurrentielle sur ses dirigeants. Elles illustrent aussi de façon criarde l’insuffisance des décideurs en matière d’aménagement...

Florent Corée

Clicanoo - 10 juillet 2004
 
Beer hall chain hopes to tap luck of the Irish
L’été chaud fait grimper les ventes de la SAQ
L’EPBR fait sa mise à niveau marketing
Le Brésilien Carlos Brito prend la tête du géant belge de la bière Inbev
Barber’s free beer stops flowing
Les actionnaires de Molson appuient les administrateurs en place
Brewery Uses Profits To Fight Poverty
Tax-funded overswill
Molson, Coors Try to Sell Merger as Investor Opposition Grows
Un tribunal autrichien statue en faveur d’Anheuser-Busch
974, une nouvelle bière pays
Un café et une Dodo s’il vous plaît !
Le retour de la Dodomuzik
Brasseries de Bourbon souffle ses 45 bougies
Une bière sous le signe du dodo
ArtDOdO
La Dodo à la conquête de Paris
Brasseries de Bourbon : plus de 3 000 litres de bière s’échappent d’une cuve
Dix-huit personnes inculpées
La Dodo : du malt à la bouteille
Une brune dans la cour des blondes
La Dodo bouchonée par la prime
La dodo
La Dodo vend ses charmes
La bière et les faux tickets du frère Pascal
La saga de la dodo
Tourisme industriel au paradis de la mousse
Brasseries de Bourbon : La Dodo lé pu là...
Les 3 Brasseurs dans l’ancienne gare de Saint-Denis
Le goût amer de la 974
Castel rachète la bière Skol
Début des festivités pour les 50 ans du THB
50 ans de « THB, la re-nommée »
Allégation d’entente illicite entre Phoenix et Stag
Brewery welcomes move on PET bottles
Grossesse + alcool : danger pour le bébé
Fête de l’indépendance : THB gâtera les démunis
Epinglée pour collusion, Phoenix Beverages règne malgré tout en maître
Opération riz
Alcool :1.300 tonnes d’importation en 2004
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé