Think globally, drink locally!    
           
 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
Brèves 
 

  Accueil -> Culture -> Article précédent suivant   imprimer envoyer détacher  
   
Les timbres monnaie

De 1920 à 1923, ces jetons se substituèrent aux pièces de monnaie qui faisaient défaut. Ils représentaient sur une face une publicité et sur l’autre un timbre-poste.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, qui avait nécessité pour l’armement l’utilisation massive de métaux nobles, notamment présents dans les monnaies divisionnaires (laiton, cuivre), les français retrouvent leur porte-monnaie vide de cette mitraille, si utile aux échanges entre clients et commerçants. Pour pallier cette disparition massive fort dérangeante, l’Etat ne produisant plus de pièces à faible valeur faciale, des initiatives privées voient le jour, destinées à créer un substitut. Seule contrainte : celui-ci doit pouvoir circuler de mains en mains sans se dégrader.

Suprême Bière Gangloff

Avers : estampé
Revers : 5 centimes orange sur fond rouge
Cotation indicative (état neuf - 2004) : 570 €

En mars 1920, sous l’impulsion d’un Charentais ingénieux du nom de Bouchaud-Praceiq, est déposé le brevet d’un jeton réalisé en matériau composite, resultant du sertissage de deux disques circulaires, dont un est transparent et protége une vignette, un timbre, ou une quelconque valeur fiduciaire susceptible d’être acceptée comme monnaie courante.
Le principe connaît très rapidement un certain essor. En effet, un industriel acquiert les droits d’exploitation du brevet et se lance, sous la marque FYP, dans l’émission de jetons de deux types, pouvant accueillir, sur leur face aveugle une publicité. Les premiers sont en aluminium, estampés et permettent d’apposer une réclame en relief. Les seconds, en fer-blanc, portent une publicité peinte, polychrome.

Sous le signe de la Semeuse

L’énorme majorité de ces capsules mesure 33 mm de diamètre. Si le recto est réalisé au choix dans deux métaux différents, le verso, en revanche, est identique, puisqu’un mica protège un timbre poste, à l’effigie de la Semeuse camée ou lignée, dont la valeur faciale est comprise entre 5 et 25 centimes suivant les jetons. Le fond, autour du timbre, est de couleur variée (rouge, orangée, bleue, dorée...). Le financement pour la fabrication coûteuse de telles pièces, est assurée par des sociétés privées, en échange de la réclame diffusée. Ainsi, de nombreuses entreprises adoptèrent ce mode de réclame, et des milliers de timbres monnaie circulèrent jusqu’en 1923, date a laquelle l’émission de petites pièces mit un terme a la pénurie. Ces timbres monnaie n’ont jamais été reconnus officiellement par l’administration en métropole, mais extrêmement pratiques, ils n’ont pas fait 1’objet de contestation, puisqu’ils faisaient référence à la valeur faciale d’un timbre poste inclus dans la capsule. Les timbres monnaies ont servi de supports publicitaires à des entreprises variées, qu’il s’agisse d’établissements bancaires, tel le Crédit Lyonnais, qui en produisit sans doute le plus grand nombre, ou de marques d’alcool - le Cognac Foucauld, Marie Brizard, le rhum Charleston, le Champagne de Marcy, ou les vins Colombant - pour n’en citer que quelques uns.

Bières de la Meuse

Avers : estampé
Revers : 5 centimes vert sur fond rouge
Cotation indicative (état neuf - 2004) : 345 €

Autres commanditaires importants, les brasseurs dont la Bière de la Meuse, Gangloff ou Fort-Carré. Plusieurs hôtels se sont aussi prêtés au jeu, qu’il s’agisse du Bristol, du Pavillon, du Tamaris ou de l’Atlantic. Certains timbres monnaies célèbrent les salaisons provençales ou vantent la charcuterie Videau a Bordeaux. Les grands magasins ne sont pas en reste, ni les journaux, de La Lanterne à L’Intran, en passant par Le Messager de Thonon-les-Bains.

Des pièces illustrées

Certains jetons portent une publicité polychrome rehaussée du symbole d’une marque. La Chicorée à la Vierge Noire de l’Abbaye de Graville, est représentée par la Vierge Marie et l’enfant Jésus, tout comme la Lessive Supérieure de Notre-Dame de Lagnet. L’anisette Marie Brizard s’illustre d’un four de distillation, le Cognac Meukow, d’un bras levé tenant un rameau, la peinture Matolin montre un peintre au travail, quant à la Pharmacie du progrès à St-Etienne, elle utilise une main.
Les conserves Cresca s’agrémentent d’un bateau, l’Emaillerie Aubry, d’une cafetière. Les animaux prennent également part a cette imagerie symbolique. Ainsi, l’apéritif Gallus utilise un coq, emblème repris par Pétrole Hahn et la Grande Liqueur Tarragonaise. Le Lait Suisse a l’Ours pour mascotte un ours donnant le biberon à un ourson. Enfin, la plus osée est sans doute la publicité des Photos Lydia à Paris, qui ornent leur timbre monnaie d’une femme casquée aux seins nus.

En dehors de l’Hexagone

La carte de France des sociétés ayant eu recours aux timbres monnaie se concentre sur le Bordelais, région de l’inventeur, l’Ile de France et le Nord. Hors de nos frontières, d’autres modèles de timbres monnaie métalliques ont vu le jour : en Italie pour Pirelli ou Singer, en Nouvelle-Calédonie pour la Banque d’Indochine avec un timbre verdâtre de 25 centimes de valeur faciale, ou encore en Algérie pour commémorer l’Exposition d’Alger.
La Côte-d’Ivoire, Madagascar ou la Guinée ont également donné le jour à des timbre monnaie, différents dans leur conception, sans métal ni mica, sans publicité, et d’un coût de fabrication plus modeste. Les timbres de la poste sont alors tout simplement collés sur un support papier rectangulaire. A Madagascar, qui en a émis de 1916 a 1922, il s’agit de carton fort comportant, au verso, des représentations de zébus ou de chiens. En Côte-d’Ivoire, ils sont collés sur du papier épais, et barrés d’un cachet imprimé longitudinalement, portant l’inscription "Valeur d’échange", suivie de 3 montants possibles : 0,05 F, 0,10 F et 0,25 F, correspondant à la valeur faciale des timbres ayant reçus le tampon.
La Guinée se contente d’un cachet imprimé "valeur d’échange", sur trois types de vignettes, collés sur du carton, sans le montant de la valeur.

Claude Franck

La vie du collectionneur - 20 mai 2004
 
Hot summer pushing up appliance, beer sales
A different kind of wheat brew
Contrebande de bière
The trumpet major
Canette contre calebasse (1° partie)
Ward 4 singles out ’tall boys’ in beer ban
Bière de mil
Playing for time
Des aventures miraculeuses
Ces brasseurs qui font pschitt - 1° partie
Billy Beer Can
Les « tégestophiles », des collectionneurs d’un genre particulier
Beer on the wall
Fire damages restaurant - but rare beer steins are rescued
Can Collectors Coming to KANsas City for CANvention
Beer memorabilia collectors trade wares
Beer tap handles go artsy for marketing
L’homme aux 5.730 brunes blondes et rousses
Coup de tabac
Wassup
Joyeux Noël à tous les houblon.net
Concours général agricole 2005
L’alcool en passe d’être privé de publicité sur le Web
Vin, bière, champagne, whisky : qui boit quoi en France ?
www.culturebiere.com - Tout savoir sur la bière
La loi antitabac peut aussi nuire à la consommation
Thomas Marko & Associés lance la Combi Foster’s
Le Ministère de la santé et l’INPES en campagne contre l’alcool
The Beer Industry in Canada - Document 14
Belgian scientists recreate 150-year-old shipwrecked beer
Did Early Southwestern Indians Ferment Corn And Make Beer?
La bière, un peu d’histoire
Chicago’s Still A Beer-Drinking Town
Lille by night... ou sous un autre jour
U.S. Sailors Shop, Quaff Beer on Saigon Shore Leave
World’s earliest tipple discovered in China
The Beer Industry in Canada - Document 10
The American beer industry from its earliest days
 
 
      sommaire | haut de page | à propos | résumé